A la chasse aux papillons

Publié le par Antoine Miniours


 

Le suivi des oiseaux, c'est fini... Depuis quelques semaines ces braves bêtes sont trop occupées avec l'éducation de leur petiots pour chanter. Par contre pour ceux qui travaillent sur les plantes et les papillons, ce n'est que le début des festivités. Or c'est justement le travail de Jaqueline que d'étudier ces deux groupes sur les sites où nous avons fait le suivi des oiseaux ces derniers temps. Jaqueline, est comme Ine thésarde au sein du grand projet d'étude écologique et sociologique de l'université de Lünenbourg en Transylvanie pour lequel je travaille. Entre la fin du suivi piaf et le début des transects ours, j'ai donc eu l'occasion d'accompagner son équipe durant quelques jours.

 

http://spiderphat.free.fr/Antoine/Jacqueline.jpg

La voici, la fameuse et adorable Jacqueline


Le suivi bota consiste a inventorier et quantifier toutes les plantes présente dans un quadrat de 1m2. Pour chacun des sites de un hectare, 8 quadrats ont étés placés au hasard, ce devraient être représentatifs du secteur étudié. (Pour rappel nous avons 5 sites par village et 30 villages, je vous laisse calculer le nombre de quadrats a réaliser!) Dan de Joseph, les botanistes de Jaqueline passent donc leur journée le nez dans l'herbe a compter les graminées, bref un travail qui semble passionnant mais qui me provoque des crise d'éternuement... Une belle excuse pour préférer courir après les papillons !


http://spiderphat.free.fr/Antoine/Bota.jpg

Dan et ses graminés


Pendant que les botanistes sont assis dans l'herbe, Rémi et Jaqueline passent leurs temps a réaliser des transects a la vitesse folle de 50m en 5 minutes. Lorsqu'un papillon croisent leurs chemin, ils se mettent soudain à courir comme des dératés leur filet a la main, proférant des insultes lorsque le petit animal s'échappe. Ils réalisent ainsi 4 transects sur chaque site, identifiant et de comptant les papillon qui passent à leur portée.

 

http://spiderphat.free.fr/Antoine/Papillon.jpg

J'ai essayé, c'est pas aussi simple qu'il n'y parait !

 

Si la détermination du genre est plutôt aisé, identifier un papillon jusqu'à l'espèce nécessite souvent la capture de l'individu, afin de pouvoir déceler la couleur du bout des poils de l'aile arrière ou le nombre d'écaille bleues dans la troisième ocelle de l'aile avant, espérant ne pas tomber sur un individu trop vieux pour lesquels ces critères microscopiques ne sont plus visibles. Voici un très court appercu de ce que j'ai pu attraper.

 

http://spiderphat.free.fr/Antoine/Gaz%C3%A9.jpg

Là c'est simple, un blanc avec des nervures noires c'est Aporia crataegi

 

http://spiderphat.free.fr/Antoine/Map.jpg

Pas trop compliqué non plus l'Araschnia levana, ses couleurs et ses motifs sont facilement différentiables

 

http://spiderphat.free.fr/Antoine/plebejus.jpg

Bon, pour celui là ça se complique : si il a une petite épine sur la patte avant c'est un Plebejus idas, sinon probablement un Plebejus argus... Montres voire ta patte un peut ?

 

Par Antoine, le 23 juin 2012 à Sighisoara


Commenter cet article